LES  PRINCIPES  DE  BASE

 

 

       Ce sont les fondements sur lesquels s'appuie la méthode d'approche des chevaux. Ils prennent en compte le cheval en tant qu'être sentient, appartenant à une espèce différente de la nôtre et doté d'un fonctionnement et de comportements spécifiques, et donc  à appréhender avec respect et bienveillance.

 

1. « Le cheval est un être vivant doté de capacités intellectuelles (pensées, observation, analyse, réflexion, mémoire, imagination), de sentiments et d’émotions, d’une personnalité bien individualisée et d’un caractère propre. »

 

2. « Tout ce que nous, les humains, demandons aux chevaux, est totalement absurde dans leur monde à eux. »

 

3. « Dans leurs rapports avec les humains, les chevaux se créent des images positives ou négatives des humains, selon les expériences qu’ils ont vécu. »

 

4. « Le dressage formate et mécanise les chevaux, les contraintes soumettent et brisent leurs personnalités, tandis que l’éducation et l’instruction les éveillent et les épanouissent. »

 

5. «  Le travail du cheval doit être mené en accord avec lui, en sollicitant son intelligence et sa conscience. »

 

6.  « Les résistances et les oppositions ne sont que des expressions du mal-être des chevaux. »

 

7.  « Lorsque quelque chose ne fonctionne pas, ce n’est jamais le cheval qui est à mettre en cause, mais bien l’humain qui ne sait pas s’y prendre. »

 

8.  « Un cheval pense et fonctionne comme un cheval et non pas comme un humain. »

 

9. « La pratique du Geste Juste permet au cheval de comprendre exactement ce que l’on attend de lui.»

 

10. « La recherche du plaisir du cheval pendant le travail permet d’obtenir sa coopération active. Le cheval devient demandeur d’échanges avec l’humain.»                                          

11. « Un cheval apprend mieux lorsqu’il a établi une relation amicale et de confiance avec un humain. »

 

12. « Toujours partir de ce que la cheval sait ou peut faire pour aller vers ce que l’on veut qu’il fasse »

 

13. «  Ne jamais forcer mais amener le cheval vers ce que l’on souhaite qu’il fasse »

 

14. « Ne jamais travailler à l’usure »

 

15. « Respecter le cheval en tant qu’être vivant d’une espèce différente de la nôtre et le traiter avec courtoisie et bienveillance ».

 

16. « Ne jamais l’avilir et le réduire pour le faire correspondre à nos incompétences, ni l’utiliser comme une « chose ».

 

17. « Refuser catégoriquement tout recours à la brutalité et à la violence, physique ou psychologique »